Eupedia
Eupedia Genetics


Eupedia > Génétique > Haplogroupes > Haplogroupe J

Haplogroupe J (ADNmt)

English versionΕλληνική έκδοση

Distribution géographique

L'haplogroupe J est relativement uniformément réparti dans toute l'Europe. La seule population ou cet haplogroupe est absent sont les Samis de Laponie. Les fréquences les plus élevées de l'haplogroupe J en Europe se trouvent dans les Cornouailles (20%), au Pays de Galles (15%), en Islande (14%), au Danemark (13,5%), en Sardaigne (13%), en Écosse (12,5%), en Angleterre (11.5 %), rn Suisse (11,5%), aux Pays-Bas (11%) et en Roumanie (11%). Au Moyen-Orient, il est plus fréquent en Arabie Saoudite (21%), suivi par le Koweït (16%), le Yémen (15%), le Kurdistan (15%), au sud-ouest de l'Iran (14%), l'Irak (13% ), et les Émirats arabes unis (12%). Des pics locaux sont également observés chez certains groupes ethniques du Caucase, tels que les Ossètes du Nord (16%) et le Darguines (11%).

Répartition de l'ADNmt haplogroupe J en Europe, Afrique du Nord et au Moyen-Orient

Répartition de l'ADNmt haplogroupe J en Europe, Afrique du Nord et au Moyen-Orient

Origines & Historire

La mutation définissant haplogroupe J est supposé avoir eu lieu il y a environ 45.000 années, probablement en Asie occidentale. On estime que la branche J2 a été la première à se séparer de J* il y a environ 37.000 ans, suivie par J1 il y a quelque 33.000 ans. Entre le dernier maximum glaciaire (d'il y a environ 26.500 à 19.000 ans) jusqu'à la fin de la dernière glaciation (il y a environ 12.000 ans), les lignées J bifurquèrent en sept sous-clades principales: J1b (& plusmn; 23.000 YBP), J1c (& plusmn; 16.500 YBP), J1d (& plusmn; 20.000 YBP ), J2a1 (& plusmn; 16.500 YBP), J2a2 (& plusmn; 20.500 YBP), J2b1 (& plusmn; 15.500 YBP) et J2b2 (& plusmn; 11.000 YBP). Notez que la nomenclature actuelle ne comprend plus aucune sous-clade appelée J1a (l'ancienne J1a a été rebaptisée J1b3a).

Recolonisation Tardiglaciaire de l'Europe

Bien qu'aucune trace de l'ADNmt J n'ait encore été trouvée en Europe durant les périodes Mésolithique ou Paléolithique, il est probable que certaines lignées J aient recolonisées l'Europe à la fin de la période glaciaire à partir des refuges au Proche-Orient, tel que proposé par Pala et coll. (2012). Si tel est le cas, cette migration aurait très probablement été menée par les lignées J2a1, une sous-clade qui est pratiquement absente dehors de l'Europe aujourd'hui, bien que J1c ne peut encore être exclue. Les fréquences les plus élevées de J2a1 se trouvent dans le nord de l'Allemagne et au Danemark (5%), en Suisse (3%) et en Angleterre (2%).

J1c étant si rare au Moyen-Orient aujourd'hui, il peut être envisagé que ce fut une lignée de chasseurs-cueilleurs qui habitaient en Méditerranée orientale et dans le sud des Balkans au cours de l'Épipaléolithique, mais que sa diffusion à travers le reste de l'Europe n'ait pas eu lieu jusqu'à ce que la période néolithique.

Les haplogroupes paternels correspondant à l'origine à J1c et J2a1 auraient pu être E-V13 and J2b, deux lignées qui aurait pu évoluer dans le Sud-Est de l'Europe pendant la période glaciaire tardive et au début de la période postglaciaire. Les contacts entre les tribus de chasseurs-cueilleurs européens auraient permis aux lignées J1c et J2a1 de rejoindre les Y-haplogroupes I1, I2 et R1a déjà avant le néolithique.

La diffusion néolithique de l'agriculture

Des échantillons appartenant à l'haplogroupe J ont été identifiés dans les divers sites néolithiques, y compris la culture rubané (LBK) en Europe centrale, la culture de la céramique cardiale, dans le sud de la France, les cultures mégalithiques dans le nord de l'Espagne et la culture des vases à entonnoir en Allemagne et en Suède. Tous les échantillons néolithiques testés à ce jour appartenaient à J1*, J1c ou J2b1a. J1c est de loin la sous-clade de J la plus répandue en Europe aujourd'hui, qui composent plus des trois quarts de toutes les lignées de J.

Une question qui suit est : lignées J1c et J2b1a seraient-elles venues du Proche-Orient durant le néolithique, ou étaient-elles déjà présentes dans les Balkans et se seraient-elles propagées de là ? Les deux lignées étant rares au Proche-Orient aujourd'hui, la seconde hypothèse peut sembler plus convaincante dans un premier temps. Toutefois, l'âge de J2b1a a été estimé à 11.000 ans avant le présent, alors que le néolithique a commencé il y a plus de 12.000 ans au Proche-Orient. En d'autres termes, il pourrait être arrivé du Proche Orient sous la forme J2b1*, puis avoir acquit la mutation pour J2b1a seulement après avoir atteint l'Europe, ce qui expliquerait pourquoi cette sous-clade particulière est presque exclusivement européenne alors que tous les autres sous-clades des J2b1 se trouvent pour la plupart au Moyen-Orient ou en Méditerranée orientale. J2b1a aurait donc été une lignée maternelle des premiers agriculteurs aux côtés de la lignée paternel G2a (plus d'autres lignées tels que H2 et T1a). J1c, cependant, est trop vieux (15.000 ans) pour ce scénario. Si elle fait partie de l'expansion néolithique du Croissant Fertile, de nombreuses sous-clades J1c seraient principalement aujourd'hui, qui n'est pas le cas. Les seuls individus J1c en dehors de l'Europe appartiennent à des clades profondes qui tirent clairement leurs origines en Europe ou en Anatolie. Mathieson et coll. (2015) ont testé l'ADN d'agriculteurs du début du néolithique de l'ouest de l'Anatolie et de la culture de Starcevo en Hongrie et en Croatie. Ils ont trouvé que J1c était présent dans les deux cultures, aux côtés d'autres lignées typiques du néolithique européen, comme H5, K1a, N1a, T2 et X2. Lazaridis et coll. (2016) ont testé 44 échantillons préhistoriques du Proche-Orient, y compris d'agriculteurs néolithiques de Jordanie et d'Iran occidental, ainsi que des échantillons chalcolithique et de l'âge de Bronze d'Arménie et du Levant. Ils s'ont cependant trouvé aucun J1c, mis à part un seul échantillon de l'Iran néolithique. Ceci suggère que les lignées J1c se trouvaient probablement pas parmi les premiers agriculteurs du Croissant Fertile, mais auraient plutôt été assimilées dans des populations voisines plus au nord, notamment en Anatolie et en Iran, mais sans doute aussi dans les Balkans, qui étaient reliés à l'Anatolie par un pont terrestre pendant les périodes glaciaire et postglaciaire immédiate.

Invasions indo-européennes pendant l'âge du Bronze

L'haplogroupe J a été trouvé dans des échantillons de l'âge du Bronze de la culture Yamna (J2b), de la culture de la céramique à cordon (J1c et J2b1a), de la culture des catacombes (J1b1a1), de la culture d'Unétice (J1b1a1) et de la culture des champs d'urnes (J1b1), tous en Europe centrale. La culture de la céramique à cordon est associée à l'expansion de Y-haplogroupe R1a de la steppe du nord de la Russie, et sur base de la continuité par rapport aux échantillons néolithiques d'Europe centrale, on peut supposer que les lignées maternelles J1c et J2b1a n'ont pas été apportées par les nouveaux arrivants, mais plutôt assimilées par les envahisseurs mâles.

En revanche, J1b n'a jamais été retrouvé en Europe avant l'âge de Bronze et a été très probablement propagé par les Indo-européens possédant les lignées paternelles R1b. Il est très probable que les cultures d'Unétice et des champs d'urnes ont été fondées principalement par des hommes appartement à R1b. J1b a également été trouvé parmi les tribus africaines transportant des lignées R1b-V88, qui présument que J1b figure parmi les lignées maternelles originelles présentes dans les populations R1b au moins depuis le néolithique précoce (voir histoire de R1b). L'absence de J1b dans les sites de l'âge du Bronze associées à l'expansion de la branche R1a des indo-européens (balto-slavique et indo-iranienne) supporte l'hypothèse que le J1b européen est exclusivement associé aux populations préhistoriques R1b.

J1b est également très fréquent parmi les populations non-R1b du Moyen-Orient (notamment dans le Caucase du Sud, en Iran et dans la péninsule arabique), même si les sous-clades sont différentes. La sous-clade J1b la plus courante en Europe, et celle la plus fortement associée à l'Y-haplogroupe R1b, est J1b1, et en particulier J1b1a en Europe, qui est justement la sous-clade identifiée dans la culture des champs d'urnes. Les autres sous-clades des J1b se limitent au Moyen-Orient ou en Méditerranée orientale.

Les fréquences les plus élevées de J1b1a en Europe sont invariablement observées dans des régions avec des pourcentages élevés de R1b, tels que l'Islande (5,5 %), l'Écosse (3,5 %), le pays de Galles (3,5 %) et le Sud-Ouest de la France (2,5 %).

Les Kalash du Nord du Pakistan, qui ont parfois les cheveux blonds et les yeux bleus, sont un autre cas intéressant. Selon Quintana-Murci et coll. (2004), leurs haplogroupes maternels sont 100 % eurasiens occidentals et incluent des lignées typiquement indo-européennes tel que H2a1 (2 %), U2e (16 %) et U4 (34 %), tous trois liés à l'Y-haplogroupe R1a, mais possèdent également 11 % de J2b1a, une lignée typiquement trouvée en Russie et en Europe de l'Ouest, mais absente ou rares dans le Proche-Orient (voir ci-dessus). Sur base de la présence de J2b1a dans la plupart de l'Europe occidentale, son association naturelle serait avec R1b. Cependant, les Kalash possède 18 % de R1a, mais aucun R1b (bien qu'ils possèdent des lignées très anciennes de R* et R1*, ce qui rend cette population très unique). Cela signifie que J2b1a1 pourrait avoir été propagée par les Indo-européens R1a ou R1b, ou les deux.

Les sous-clades J1c typiquement européennes ont parfois des clades profondes qui se retrouvent en Asie occidentale, en Asie du Sud, en Asie centrale ou en Asie du Nord. Dans la plupart des cas, ces sous-clades auraient été dispersées hors d'Europe par les migrations indo-européennes. Parmi les candidats potentiels citons J1c1 (trouvée en Ouzbékistan), J1c2a5 (trouvée dans les îles Canaries, parmi les Tatars de la Volga et en Sibérie), J1c2m (trouvée dans le Turkménistan, la Sibérie et de la Roumanie), J1c3e1 (trouvé en Turquie), J1c3f (trouvée dans le Caucase du Nord et le Kazakhstan), J1c4 (trouvé en Sibérie), J1c5 (trouvée en Inde et chez les Iakoutes de Sibérie), J1c7 (trouvée en Arménie et au Koweït), J1c8 (trouvé en Inde) , J1c12a et J1c12b (trouvée en Irak et en Azerbaïdjan). Tous d'entre eux sont également trouvés à la fois en Europe occidentale et orientale. Malheureusement, les données de profondes sous-clades J de l'Asie centrale et du Sud sont encore rares à l'heure actuelle et il est difficile de le confirmer avec certitude. Il est également possible que ces sous-clades de J1c aient été propagées par des éleveurs néolithiques du Zagros ou du Caucase, notamment ceux appartenant aux Y-haplogroupes J2a et T1a, qui auraient été les voisins des éléveurs de bovins R1b au début du néolithique.



Sous-clades moyen-orientales

J1b (xJ1b1), J1d, J2a2, J2b1b et J2b2 sont rares en Europe et essentiellement confinées au Moyen Orient. J2a2 est aussi courant en Afrique du Nord-Ouest (J2a2b et J2a2d).

J1d et les sous-clades J1b autres que J1b1 se retrouvent partout dans le Moyen-Orient et le Caucase et s'étendent vers l'Europe méditerranéenne à l'Ouest et l'Iran à l'est. J1d4 a même été trouvé parmi les brahmanes indiens. La distribution des mt-haplogroupes J1b et J1d rappellent celles des Y-Haplogroupe J1 et J2 (l'ADNmt J1d se rapproche de l'Y-ADN J2).

Sous-clades

  • J1
    • J1b
      • J1b1 : une sous-clade indo-européenne, trouvée en Anatolie, en Asie centrale, en Inde et dans la plupart de l'Europe
        • J1b1a : trouvé en Europe, dans le Caucase et en Inde
          • J1b1a1 : trouvé en Europe de l'Ouest
          • J1b1a2 : trouvé en Italie, en Grèce et en Arménie
          • J1b1a3 : trouvé en Italie, Arménie et Iran du Nord
        • J1b1b : trouvé dans le nord-ouest de l'Europe, l'Italie, la Turquie et la Chine (Xinjiang)
          • J1b1b1 : trouvé en Italie, Arménie, Irak, Iran, Inde et Sibérie (Bouriates, Altaï-Kizhi)
          • J1b1b2 : trouvé en Iran
      • J1b2 : trouvée en Mésopotamie, au Maroc, en Ibérie, en Italie et en France
        • J1b2a : trouvé au Proche-Orient
      • J1b3 : trouvé en Italie et en Arménie
        • J1b3a : trouvé en Iran (Perses), en Arménie et en Europe centrale
        • J1b3b : trouvé en Grèce et en Iran
      • J1b4 : trouvé en Turquie et en Crète
        • J1b4a : trouvé en Arménie et en Iran
      • J1b5
        • J1b5a : trouvé en Irak, en Arménie et en Ossétie
        • J1b5b : trouvé en Irak et en Iran
        • J1b5c : trouvé en Iran (Qashqai)
      • J1b6 : trouvé en Iran (Perses), en Iraq et au Koweït
        • J1b6a : trouvé en Italie et en Iran
      • J1b7 : trouvé en Irak et la Turquie
      • J1b8 : trouvé en Arménie et au Maghreb
    • J1c
      • J1c1 : trouvé dans toute l'Europe
        • J1c1a : trouvé dans les îles britanniques et en Finlande
        • J1c1b : trouvé en Europe occidentale et septentrionale
        • J1c1c
        • J1c1d
        • J1c1e
        • J1c1f
        • J1c1g : trouvé en Europe de l'Ouest
      • J1c2 : trouvé dans toute l'Europe
        • J1c2a : dans les îles britanniques et en Scandinavie
        • J1c2b : trouvé dans les îles britanniques
        • J1c2c : trouvé en Europe septentrionale et oriental
        • J1c2d : dans les îles britanniques et en Scandinavie
        • J1c2e : trouvé en Europe septentrionale et central, parmi les Basques et en Iran (Perses)
        • J1c2f : trouvé dans le sud de la Russie, l'Europe septentrionale et central
        • J1c2g : trouvé en Grande-Bretagne
        • J1c2h
        • J1c2i : trouvé en Turquie
        • J1c2j : trouvé en Italie
        • J1c2k : trouvé en Grèce
        • J1c2l
        • J1c2m : trouvé en Roumanie, en Russie (Sibérie), en Iran et au Turkménistan
        • J1c2n : trouvé en Finlande
        • J1c2o
        • J1c2p : trouvé en Ukraine
        • J1c2q
        • J1c2r : trouvé en Estonie
        • J1c2s
      • J1c3 : trouvé dans toute l'Europe
        • J1c3a : trouvé dans le nord-ouest de l'Europe
        • J1c3b : trouvé dans le nord-ouest de l'Europe
        • J1c3c : trouvé en France, en Allemagne et au Benelux
        • J1c3d : trouvé en Russie
        • J1c3e : trouvé en Europe centrale et orientale du Nord
        • J1c3f : trouvé dans le nord de l'Europe
        • J1c3g : trouvé dans le nord-ouest de l'Europe et en Russie
        • J1c3h
        • J1c3i
        • J1c3j
        • J1c3k : trouvé en Russie (Adyguée)
      • J1c4 : trouvé en Europe centrale et du Nord
        • J1c4a
        • J1c4b
      • J1c5 : trouvé dans la plupart de l'Europe
        • J1c5a
        • J1c5b
        • J1c5c : chez les Basques
        • J1c5d : trouvé dans le nord-ouest de l'Europe
        • J1c5e : trouvé en Europe et en Inde (Punjab)
        • J1c5f
      • J1c6 : chez les Basques
      • J1c7 : trouvé en Europe orientale, centrale et du Nord et en Iran (Qashqai)
        • J1c7a : trouvé en Espagne, en Italie, dans le sud-est et nord-est de l'Europe et en Iran (Perses)
      • J1c8 : trouvé en Suède, en Grande-Bretagne, en Espagne, en Crète et en Inde
        • J1c8a
        • J1c8b
      • J1c9 : trouvé en Europe du Nord et en Italie
      • J1c10 : trouvé en Europe centrale et occidentale, en Italie, (y compris Sardaigne) et au Maroc
        • J1c10a
      • J1c11 : trouvé en Italie et en Autriche
        • J1c11a
      • J1c12 : trouvé en Italie, Israël, Mésopotamie, Azerbaïdjan et Russie (Tatars de la Volga)
      • J1c13
      • J1c14 : trouvée en Europe centrale et orientale
      • J1c15 : trouvé en Italie et au Proche-Orient (Israël, l'Azerbaïdjan, Irak, Koweït)
        • J1c15a
        • J1c15b
      • J1c16
      • J1c17 : trouvé en Sardaigne
    • J1d : trouvé en Europe méditerranéenne, au Moyen-Orient et dans le Caucase
      • J1d1 : trouvé en Espagne, Italie, Grèce, Turquie, Chypre, Iran, Koweït et Ouganda
        • J1d1a
        • J1d1b
      • J1d2 : trouvé en Italie, Arménie et Iran
        • J1d2a :
      • J1d3 : trouvé en Italie et dans le Caucase (Géorgie, Adyguée)
        • J1d3a : trouvé en Iran (Qashqai)
        • J1d3b
      • J1d4 : trouvé en Arménie et en Inde (brahmane)
      • J1d5 : trouvé en Iran
      • J1d6 : trouvé en Russie (Ossétie, Mansia, Sibérie) et en Iran (azéri)
        • J1d6a
  • J2
    • J2a
      • J2a1 : trouvé principalement en Europe occidentale, centrale et du Nord, particulièrement autour des Alpes et de la Scandinavie
        • J2a1a
      • J2a2 : trouvé surtout dans le Proche-Orient et en Afrique du Nord
        • J2a2a : trouvé en Italie, en Anatolie, au Levant et au Yémen
        • J2a2b : trouvé dans le Maghreb, la Grèce et la Russie
        • J2a2c : trouvé en Italie (y compris Sardaigne) et au Yémen
        • J2a2d : trouvé au Maghreb
    • J2B
      • J2b1 : trouvé principalement dans le Proche-Orient (en particulier le Caucase et l'Anatolie), mais aussi en Europe méditerranéenne, centrale et atlantique
        • J2b1a : trouvé en Europe occidentale et en Russie
        • J2b1b : trouvé dans les îles britanniques
        • J2b1c : trouvé en Grèce (y compris la Crète) et la Russie
        • J2b1d : trouvé en Russie (nord-ouest du Caucase)
        • J2b1e : trouvé en Italie et au Levant (Liban)
        • J2b1f : dans le Levant (Syrie) et en Arménie
        • J2b1g
        • J2b1h
      • J2b2 : trouvé dans le Moyen-Orient et de la Roumanie

Conditions médicales associées à l'haplogroupe J

Selon González et coll. (2012), l'haplogroupe J semble avoir un effet protecteur contre le diabète.

Coskun et coll. (2004) ont étudié les mutations qui suppriment la réplication et la transcription mitochondriale et signalé que l'haplogroupe J pourrait être protecteur contre la maladie d'Alzheimer.

A10398G la mutation définissant l'haplogroupe J (une mutation rétrograde de macrohaplogroup N) a été associée avec une longévité accrue (Dato et coll. (2005), Shlush et coll. (2008) et Nijiati et coll. (2013)) et une protection contre la maladie de Parkinson (Ghezzi et coll. (2005) et Clark et al., (2011)). On le trouve chez tous les membres de l'haplogroupe J sauf J1c8.

La mutation C150T commune a été trouvée à fréquence remarquablement plus élevée chez les Chinois et Italiens centenaires et pourrait être avantageuse pour la longévité et la résistance au stress selon Chen et coll. (2012). C150T définit les haplogroupes J1b7, J1c1c et J2, mais peut également être trouvé dans d'autres sous-clades.

Hendrickson et coll. (2008) étudie le rôle joué par la fonction mitochondriale dans la progression du sida chez les personnes infectés par le VIH-1. Ils ont constaté que la progression du sida est plus rapide pour les membres des haplogroupes J et U5a.

Martínez-Redondo et coll. (2010) ont constaté que l'haplogroupe J est associée avec une plus faible consommation maximale d'oxygène (VO2 max) par rapport aux autres haplogroupes. Cela impliquerait que les membres de l'Haplogroupe J ont une endurance physique réduite durant un exercice prolongé.

Individus célèbres

David Caramelli et son équipe ont testé la dépouille supposée de Pétrarque (1304-1374), le célèbre humaniste, savant et poète de la Renaissance italienne. Ils ont réussi à identifier son haplogroupe maternelle comme appartenant à J2.

Le 12 septembre 2012, des archéologues de l'Université de Leicester ont annoncé qu'ils avaient découvert ce qu'ils pensaient être la dépouille du roi Richard III d'Angleterre (1452-1485) au sein de l'ancienne église du couvent des Greyfriars dans la ville de Leicester (voir l'Exhumation de Richard III). L'ADN du squelette correspondait exactement l'haplogroupe mitochondiral (J1c2c) de descendants matrilinéaires modernes d'Anne d'York, sœur de Richard, confirmant l'identité du roi médiéval.

Édouard IV d'Angleterre (1442-1483) était le frère aîné de Richard III et son prédécesseur en tant que roi d'Angleterre. Ayant la même mère, Cecily Neville, duchesse d'York, les deux rois auraient partageait donc le même haplogroupe ADNmt.

Autres membres célèbres de l'haplogroupe J

  • Esther Hochman Wojcicki (sous-clade J1c) : une journaliste américaine, éducatrice et vice présidente du Conseil d'administration de Creative Commons.
  • Anne Wojcicki (sous-clade J1c) : une analyste de biotechnologie américaine, biologiste et femme d'affaires. En tant que femme d'affaires, elle est co-fondatrice et chief executive officer de 23andMe. Elle est la fille d'Esther Wojcicki et est mariée à Sergey Brin, co-fondateur de Google.
  • Mario Batali (sous-clade J1) : une personnalité médiatique, restaurateur, écrivain et chef américain. C'est un expert de l'histoire et la culture de la cuisine italienne, y compris des variations régionales et locales.
  • Ximena Navarrete : une mannequin mexicaine sacrée Nuestra Belleza México et Miss Univers 2010

Suivi

Posez vos questions et discuter des haplogroupes sur le Forum



Copyright © 2004-2017 Eupedia.com All Rights Reserved.