Eupedia
Eupedia Genetics


Eupedia > Génétique > Haplogroupes > Haplogroupe K

Haplogroupe K (ADNmt)

English version

Distribution géographique

En Europe, l'haplogroupe mitochondrial K est particulièrement courante en dans le Nord-Ouest du continent, avec des pics observés en Belgique (14 %), en Irlande (12 %), aux Pays-Bas (10 %), en Islande (10 %), au Danemark (9 %) et en France (8,5 %). Dans l'est de la Méditerranée et au Moyen-Orient, l'haplogroupe K atteint des niveaux élevés à Chypre (20 %), parmi les Druzes du Liban (13 %), en Géorgie (12 %), ainsi que parmi les Avars (13 %) et les Darguines (12 %) du Daghestan.

Distribution de l'haplogroupe K (ADNmt) en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient

Distribution de l'haplogroupe K (ADNmt) en Europe, Afrique du Nord et au Moyen-Orient

Origines & Historire

L'haplogroupe K est originaire d'Asie occidentale et est une sous-clade de l'haplogroupes U8b qui apparu il y a entre 20.000 et 38.000 ans.

Sur base de l'ADN préhistorique testé à ce jour, il semblerait que l'haplogroupe K était absent parmi les chasseurs-cueilleurs qui vivaient en Europe occidentale et centrale avant la période néolithique. Les sous-clades K1a, K1b et K2a ont été trouvées parmi les premiers agriculteurs néolithiques du Proche-Orient et par la suite chez les premiers agriculteurs européens.

En revanche, les sous-clades K1c, K2b et K2c n'ont jamais été observées chez les agriculteurs néolithiques à ce jour et ne semblent pas avoir des racines au Proche-Orient. Ils sont aujourd'hui les plus courants en Europe de l'Est, où ces sous-clades auraient pu voir le jour pendant le Mésolithique, parmi les chasseurs-cueilleurs d'Europe orientale et se seraient propagés avec l'Y-haplogroupe R1a au cours de la l'âge du Bronze vers les pays germaniques et slaviques ainsi qu'en Asie centrale, où ils sont présents également à de relativement haute fréquence. K1c a été trouvée dans deux échantillons de Grèce mésolithique de Thessalie, datant d'environ 7550 à 7000 avant notre ère, testés par Hofmanová et coll. (2015).

La sous-clade K3 est pour ainsi dire limitée à la région du Caucase et était déjà présente en Géorgie durant le Mésolithique (voir Gonzalez-Fortes et coll. (2015)).

Les branches du Proche-Orient

Il est maintenant certain que l'haplogroupe K était une lignée maternelle majeure des agriculteurs et éleveurs néolithiques avant qu'ils n'arrivent en Europe.

Fernández et coll. (2014) ont testé les squelettes de 15 personnes sur un site du Néolithique précéramique B de Tell Halula (6800-6000 av. J.-C.) et Tell Ramad (6000-5750 av. J.-C.) en Syrie et ont identifié les six membres de l'Haplogroupe K (40 %).

Mathieson et coll. (2015) ont testé les génomes de 26 agriculteurs néolithiques sur le site de Barcin (6500-6200 avant notre ère) dans le nord-ouest de l'Anatolie et parmi eux se trouvaient 8 membres de l'haplogroupe K (31 %), y compris K1a1, K1a2 (x2), K1a3a, K1a4 (x2), K1a6 et K1b1b1. Hofmanová et coll. (2015) ont testé cinq agriculteurs néolithiques en plus de la même période, deux sur le même site en Turquie et trois grecs. Un échantillon K1a2 était présent dans chaque pays.

L'Haplogroupe K a été trouvé dans environ 15 % des centaines d'échantillons néolithiques en Europe, une fréquence deux fois supérieure à cellles des Européens modernes. La fréquence a diminué au fil du temps alord que les agriculteurs se sont mélangés avec les populations autochtones européennes descendent des pêcheurs, chasseurs et cueilleurs mésolithiques.

K1a serait apparu il y a environ 19.000 à 22.000 ans. C'est de loin la sous-clade la plus courante et la plus diversifiée en Europe de nos jours et elle était déjà de loin la sous-clade la plus courante des agriculteurs néolithiques. La grande majorité des échantillons néolithiques d'Europe centrale et occidentale appartenaient à K1a, y compris des sous-clades tels que K1a1b1 (Espagne), K1a2a (Catalogne et au Portugal), K1a3a3 (Hongrie), K1a4a1 (Catalogne et en Allemagne) et K1a5 (Suède). K1a est également très fréquent dans le Levant aujourd'hui, notamment chez les Druzes, qui sont considérés comme la population la plus représentative du Levant avant l'expansion arabe, et peut-être le plus proche des agriculteurs néolithiques. Les Druzes, qui possèdent 13 % d'haplogroupe K, appartiennent pour la plupart à des sous-clades de K1a, y compris K1a4b, K1a6 et K1a12. K1a4 est présent dans le Levant, l'Anatolie, en Géorgie et dans toute l'Europe. Aujourd'hui, K1a4a1 est la sous-clade de K la plus courante en Europe occidentale, en Allemagne et en Scandinavie. K1a4 était probablement l'une des principales sous-clades K1a des agriculteurs néolithiques.

Les Juifs ashkénazes sont les groupes ethniques qui ont le pourcentage le plus élevé des lignées K aujourd'hui : 32 % en moyenne et jusqu'à 50 % chez les Juifs ashkénazes d'Allemagne. Il n'y a que trois sous-clades typiquement juives de K: K1a1b1a et K1a9 K2a2a. Il existe d'autres sous-clades, comme K1a7, K1a8 et K2c, que l'on retrouve aussi chez les personnes d'origine juive, mais elles sont très rares.

A part les sous-clades K1a, K1b et K2a, les haplogroupes fondateur originals du néolithique du Croissant Fertile auraient inclus: N1a, H5, J2b1a, T2, U3, W1 et X2. Leur principale lignée paternelle était Y-haplogroupe G2a (environ la moitié de toutes les lignées), bien que plusieurs lignées mineures ont également été trouvées dans des échantillons d'Anatolie néolithiques précoces, tels que C1a2, H2, J2a et T.

Les branches indo-européennes

La lignée paternelle dominante en Europe occidentale est aujourd'hui R1b, qui serait arrivée avec les migrations indo-européennes (branches proto-italo-celtique et proto-germanique) au cours de l'âge du Bronze (=> voir histoire de R1b). L'haplogroupe paternel R1b se serait propagé avec les éleveurs de vaches du nord du Proche Orient et du Caucase tout d'abord à la Steppe pontique, puis vers l'Europe. Son origine proche-orientale et caucasienne signifie que les populations R1b auraient presque certainement contenu un pourcentage important de lignées maternelles K. L'haplogroupe K a été trouvé dans toutes les populations asiatiques où R1b est présente, dont la région Volga-Oural, l'Altaï, la Mongolie, le Xinjiang et la plupart de l'Asie centrale.

Pour déterminer quelles sous-clades de K ont été diffusées par les Indo-européens, il faut chercher les sous-clades que l'on retrouve systématiquement dans toutes les populations avec des niveaux élevés de l'haplogroupe R1b en Europe, autour du Caucase, au Proche-Orient et en Asie centrale.

La sous-clade K1a1a est présente partout en Asie centrale, mais également en Europe centrale et occidentale et pourrait être liée à la diffusion de R1b.

K1c est également fréquente en Asie centrale. K1c1 est particulièrement fréquente dans les pays slaves, tandis que K1c2 est plus fréquente dans les pays germaniques. Les deux pourraient être associés à la branche R1a (balto-slavique et indo-iranienne) des Indo-européens. La présence de K1c2 a été confirmée au Tadjikistan, un pays qui a 30 % de R1a et seulement 3 % de R1b.

K2b a été trouvé par Keyser et coll. (2009) dans des échantillons de l'âge du Bronze liés à la culture d'Andronovo dans la région de Krasnoyarsk en Sibérie méridionale. Des échantillons masculins provenant du même site appartenaient à R1a. De nos jours K2b est trouvé principalement en Europe centrale et du nord-est (pays R1a) et peuvent donc en toute sécurité être liée à la diffusion de la branche de R1a des Indo-européens.

Les données sur les sous-clades profondes hors d'Europe sont encore rares, mais les autres candidats potentiels comprennent K1a3 et K2a6. Notez que K1a4 a été également trouvé parmi les agriculteurs néolithiques en Allemagne, mais puisque la plupart des sous-clades K1a sont originaires du Proche-Orient, il n'est pas étonnant de constater un certain nombre de chevauchements entre agriculteurs néolithiques et envahisseurs indo-européens de l'âge du Bronze. C'est aussi la sous-clade plus courante dans le Nord-Ouest de l'Europe.

Sous-clades

  • K1
    • K1A
      • K1a1 : trouvé en Europe centrale et du sud-est
        • K1a1a : trouvé en Europe centrale, septentrionale et occidentale
        • K1a1b
          • K1a1b1 : trouvé en Europe de l'Ouest
            • K1a1b1a : sous-clade majeure juive ashkénaze
            • K1a1b1b : trouvé en Scandinavie et en Grande-Bretagne
            • K1a1b1c : trouvé dans le nord-ouest de l'Europe
            • K1a1b1d : trouvé en Grande-Bretagne
            • K1a1b1e : trouvé en Europe de l'Ouest
            • K1a1b1f : trouvé dans le nord-ouest de l'Europe
            • K1a1b1g : trouvé en Grèce
          • K1a1b2
            • K1a1b2a : trouvé dans le nord-ouest de l'Europe
            • K1a1b2b : trouvé en Grande-Bretagne
        • K1a1c : trouvé dans le nord-ouest de l'Europe
      • K1a2 : trouvé en Europe du Nord et en Iran (Qashqai) / au début du Néolitique en Anatolie et en Grèce
        • K1a2a : trouvé dans le nord-ouest de l'Europe
        • K1a2b : trouvé en Allemagne
        • K1a2c : trouvé dans le nord de l'Europe
      • K1a3 : trouvé en Anatolie au début du Néolitique
        • K1a3a : trouvé en Russie, en Europe centrale et occidentale
      • K1a4 : trouvé en Anatolie au début de Néolitique
        • K1a4a : trouvé en Europe centrale et du sud-est
          • K1a4a1 : trouvé en Europe occidentale, centrale, du nord et orientale, ainsi qu'en Ethiopie (Hamar)
        • K1a4b : trouvé dans le Levant (Druzes)
        • K1a4c : trouvé en Iran, en Anatolie, en Grèce, en Italie et en Grande-Bretagne
        • K1a4d : trouvé autour de l'Allemagne, en France et aux Pays-Bas
        • K1a4e
        • K1a4f : trouvé dans le nord de l'Anatolie
      • K1a5 : trouvé dans le Levant
      • K1a6 : trouvé dans le Levant (Druzes) / trouvé en Anatolie au début de Néolitique
      • K1a7 : chez les Juifs ashkénazes
      • K1a8 : chez les Juifs ashkénazes
        • K1a8a : chez les Juifs ashkénazes
        • K1a8b : trouvé en Tunisie et en Iran
      • K1a9 : sous-clade majeure juive ashkénaze
      • K1a10
        • K1a10a : dans les îles britanniques et en Scandinavie
      • K1a11 : trouvé dans le nord-ouest de l'Europe et autour de l'Allemagne
        • K1a11a : trouvé en Allemagne
        • K1a11b
      • K1a12 : trouvé en Allemagne et en Italie
        • K1a12a : trouvé dans le Levant (Juifs, Druzes), en Turquie et en Ethiopie
      • K1a13
        • K1a13a : trouvé en Croatie et en Espagne
      • K1a14 : trouvé dans les Açores
      • K1a15 : trouvé en Ecosse et en Irlande
      • K1a16 : trouvé en Ecosse
      • K1a17 : trouvé dans le Proche-Orient (Turquie, Levant, Égypte)
        • K1a17a
      • K1a18 : trouvé dans le Proche-Orient (Levant, Mésopotamie)
      • K1a19 : trouvé en Iran, en Italie et en Pologne
      • K1a20 : trouvé en Turquie et la Géorgie
      • K1a21 : trouvé en Allemagne et en Italie
      • K1a23 : trouvé dans le Levant
      • K1a24 : trouvé dans le nord-ouest de l'Europe
        • K1a24a : trouvé en Irlande
      • K1a25
      • K1a26 : trouvé dans les îles britanniques
      • K1a27 : trouvé dans le Levant
    • K1B
      • K1b1
        • K1b1a : trouvé dans toute l'Europe
        • K1b1b : trouvé en Grèce / trouvé en Anatolie au début de Néolitique
        • K1b1c : trouvé en Europe centrale et en Iran (Kurdes, Qashqai)
      • K1b2
        • K1b2a : trouvé en Europe centrale et du Nord
        • K1b2b : trouvé en Europe de l'Ouest continentale
    • K1c : trouvé en Grèce mésolithique
      • K1c1
        • K1c1a : trouvé en Italie
        • K1c1b : trouvé dans le nord de l'Europe
        • K1c1c : trouvé en Finlande et en Russie européenne
        • K1c1d : trouvé en Allemagne
        • K1c1e : trouvé dans les Carpates et la Russie
        • K1c1f : trouvé en Europe centrale
      • K1c2 : trouvé en Europe occidentale et septentrionale et dans le Maghreb
        • K1c2a : trouvé en Irlande
    • K1d : trouvé dans le nord de l'Europe
    • K1e : trouvé dans le nord-ouest de l'Europe
    • K1f : Ötzi (l'homme des glaces du Tyrol)
  • K2
    • K2a
      • K2a1 : trouvé en Grande-Bretagne
      • K2a2 : sous-clade majeure juive ashkénaze
      • K2a3 : trouvé en Europe septentrionale et oriental
      • K2a4 : trouvé dans le nord de l'Europe
      • K2a5 : trouvé dans le nord-ouest de l'Europe et l'Iran (Perses)
      • K2a6 : trouvé dans le Caucase du Nord, en Europe centrale et du Nord-Ouest
      • K2a7 : trouvé en France et en Grande-Bretagne
      • K2a8 : trouver en Espagne et aux Canaries
      • K2a9
      • K2a10 : trouvé dans le nord-ouest de l'Europe
    • K2b
      • K2b1 : trouvé en Europe centrale et du Nord
      • K2b2 : trouvé en Europe centrale et du Nord
    • K2c : chez les Juifs ashkénazes
  • K3 : trouvé en Géorgie mésolithique et Géorgie actuelle


Conditions médicales associées à l'haplogroupe K

Coskun et coll. (2004) ont étudié les mutations qui suppriment la réplication et la transcription mitochondriale et signalé que l'Haplogroupe K pourrait être protecteur contre la maladie d'Alzheimer.

La mutation A10398G, définissant l'haplogroupe K1 (une mutation rétrograde de macrohaplogroup N) a été associée à la longévité accrue (Nijiati et coll. (2013)) et protection contre les PD (Ghezzi et coll. (2005) et Clark et coll. (2011)). Cette mutation se trouve également dans les sous-clades K2a11.

La mutation courante C150T a été trouvée à une fréquence considérablement plus élevée chez les Chinois et Italiens centenaires et pourrait être avantageuse pour la longévité et la résistance au stress selon Chen et coll. (2012). C150T définit les haplogroupes K1a11, K1a24, K1a30 et K3, mais peut aussi se trouver parmi d'autres sous-clades.

Rollins et coll. (2009) ont examiné l'association entre le pH cérébral et les allèles de l'ADNmt. Le pH plus élevé du cerveau a été observé chez les membres des haplogroupes U et K. Le polymorphisme A10398G (définissant les haplogroupes I, J et K1) s'est avéré être associée à une augmentation du pH dans les cellules cybrides. Un pH plus élevé confère une protection contre la maladie de Parkinson et les troubles psychiatriques comme la schizophrénie, le trouble bipolaire et le trouble dépressif majeur. une autre étude de l'Université de Manchester suggère qu'une acidité plus basse du cerveau (c.-à-d. un pH plus élevé) a un effet protecteur contre les accidents vasculaires cérébraux. Les recherches sur l'intelligence montrent que les individus possédant un QI plus élevé ont tendance à avoir des cerveaux plus alcalin. Un pH plus élevé est associé à une meilleure conductivité-transmission entre les neurones (source).

Hendrickson et coll. (2008) étudie le rôle joué par la fonction mitochondriale dans la progression du sida chez les personnes infectés par le VIH-1. Ils ont constaté que la progression du sida était plus lente chez les membres des haplogroupes H3, I, K, U, W et X.

Individus célèbres

Ötzi, l'homme de Hauslabjoch, la plus ancienne momie humaine naturelle en Europe, datant d'il y a 5.300 ans, a eu son génome complet séquencé (le plus ancien génome européen jamais testé à l'époque) et s'est avéré appartenir à haplogroupe K1f.

Autres membres célèbres de l'haplogroupe K

  • Craig Venter (sous-clade K1a3a) : biologiste et entrepreneur américain, qui fut l'un des premiers à séquencer le génome humain. Il a également créé la première cellule avec un génome synthétique, et a été nomé sur la liste du magazine Time en 2007 et 2008 dans le Time 100 des personnes plus influentes dans le monde.
  • Steven Pinker (sous-clade K2a2a) : un psychologue expérimental, scientifique cognitif, linguiste et auteur de vulgarisation scientifique canadien.
  • Mike Nichols (sous-clade K2a2a) : réalisateur de programmes télévisés, de théâtre et de cinéma, écrivain, producteur et comédien américain né en Allemagne. Il fait partie d'un petit groupe de personnes qui ont gagné un Emmy, un Grammy, un Oscar et un Tony Award.
  • Meryl Streep : une actrice américaine de théatre, de télévision et de cinéma. Elle est largement considérée comme l'une des plus grandes actrices de tous les temps.
  • Stephen Colbert : un satiriste politique américain, écrivain, comédien, animateur de télévision et acteur. Il est l'animateur du Colbert Report sur Comedy Central, une émission satirique dans laquelle Colbert a une approche caricaturale des gourous politiques conservateurs.
  • Katie Couric : une journaliste TV, auteur et animatrice de talk-show de télévision américaine. Elle a été animatrice sur les trois grands réseaux de télévision aux Etats-Unis (ABC, CBS et NBC) ainsi que le présentatrice des nouvelles mondiales pour Yahoo News.

Suivi

Posez vos questions et discuter des haplogroupes sur le Forum



Copyright © 2004-2017 Eupedia.com All Rights Reserved.