Eupedia
Eupedia Genetics


Eupedia > Génétique > Haplogroupes > Haplogroupe W

Haplogroupe W (ADNmt)

English version

Distribution géographique

L'haplogroupe W est particulièrement répandu dans la moitié orientale de l'Europe, dans le Caucase du Nord, en Asie centrale, en Iran et dans le nord-ouest du sous-continent indien. En Europe, les fréquences maximales de W sont observées en Finlande (9,5 %), Hongrie (5 %), Lettonie (4 %), Macédoine (4 %) et Biélorussie (3,5 %, mais plus de 5 % si l'on exclut le sud). L'haplogroupe W est également bien représenté chez certaines ethnies du Caucase du Nord, tels que les Karatchaïévo-Balkars (8 %), les Avars (8 %), les Svans (8 %) et les Adyghe-Kamara (5 %).

En Asie, l'haplogroupe W est plus fréquent chez les Nord Pakistanais (8 %), Tadjiks (6 %), Indiens du Nord-Ouest (5 %) et Iraniens (3,5 %), mais se retrouve également autour de 1,5 % chez les Ouzbeks, les Turkmènes et les Kazakhs et à des fréquences minimes (< 0,5 %) parmi de nombreux groupes ethniques nord-asiatique (Touva, Iakoutes, Bouriates, Mongols, Coréens, Japonais).

Distribution de l'haplogroupe W (ADNmt) en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient

Distribution de l'haplogroupe W (ADNmt) en Europe, en Afrique du Nord et au Moyen-Orient

Origines & Historire

L'haplogroupe W est un descendant de l'haplogroupe N2. Il est défini par 11 nouvelle mutation qui semble être apparues au cours de la période tardiglaciaire, probablement quelque part autour de la mer Caspienne, il y a entre 16.000 et 20.000 ans. La plus ancienne branche à se développer fut W1, qui a émergé il y a environ 15.000 ans, suivie de W3 et de W6. Les mutations de W4, W5 et W7 pourraient ne dater que de 9.000 ou 10.000 ans.

La répartition géographique de l'haplogroupe W suggère une forte corrélation avec les mouvements de population de l'haplogroupe paternel R1a, représentant les branches balto-slaviques et indo-iraniennes des Indo-Européens.

Entrée néolithique tardive en Europe

L'haplogroupe W n'a jamais été retrouvé dans les échantillons d'ADN préhistoriques en Europe avant le Néolithique. Le plus ancien échantillon connu est un W1 (avec la mutation T119C) du début du Néolithique (6500-6200 avant notre ère) dans le nord-ouest de l'Anatolie (testé par Mathieson et coll. (2015)). Néanmoins, W1 ne semble pas être entré en Europe avec les premiers agriculteurs néolithiques. Sa présence demeure rare dans l'ensemble de la période néolithique en Europe, limitée à des échantillons isolés du Néolithique tardif ou du Chalcolithique (deux W1c en Allemagne de l'Est datant d'il y a environ 4000 ans et un W1 en Catalogne d'il y a 3250 ans) et restreinte à la sous-clade W1. Il y a plusieurs explications à la présence de ces lignées W1 en Europe centrale et occidentale avant les migrations indo-européennes de l'âge du Bronze. Ils pourraient être des descendants isolés de tribus de chasseurs-cueilleurs mésolithiques d'Europe de l'Est (de lignée paternelle R1a ou R1b) qui avaient échoué en Europe occidentale, comme l'indique la très faible présence de quelques très vieilles sous-clades de R1a (CTS4385) et R1b (P25) en Europe occidentale. Ces lignées W1 pourraient également avoir été assimilées par les agriculteurs néolithiques dans les Carpates grâce à des échanges de populations avec des peuplades de la steppe, puis se seraient propagés à l'ouest avec la culture rubanée (LBK) jusqu'en Allemagne.

Les migrations indo-européennes

L'âge du Bronze marque l'arrivée de la plupart des sous-clades de W en Europe, commençant par la culture de la céramique cordée (2900-2400 av. J.-C.) en Europe centrale et du nord-east, qui est associé à l'haplogroupe paternel R1a. Les échantillons préhistoriques identifiés à partir de cette période contennaient W5a et W6 en Allemagne. Un échantillon de W3a1 apparaît quelques siècles plus tard dans la culture d'Unétice, également en Allemagne.

Des échantillons d'ADN Mitonchondrial de la culture Yamna, la culture originale présumée des Proto-Indo-Européens, ont révélé la présence d'un W3a1a, d'un W6c (Haak 2015)) et d'un autre W6 (Wilde 2014)), tous originiaires de la région de la moyenne Volga - une preuve indubitable que l'haplogroupe W faisait en effet partie de la société proto-indo-européenne dès ses origines.

L'expansion des tribus proto-indo-européennes ont propagé les sous-clades de W dans des directions opposées de la Steppe pontique, la branche occidentale colonisant l'Europe centrale et région de la mer Baltique, alors que la branche orientale s'élargi à travers l'Asie centrale, particulièrement dans la région historique de Bactriane (Nord Afghanistan, Uzkbekistan oriental, Tadjikistan et Kirghizistan), puis ont envahi le sous-continent indien, l'Iran et le Proche-Orient. Plusieurs sous-clades de W relatent exactement cette dispersion géographique, y compris W1c, W1g, W3, W4 et W6.

En Inde, l'haplogroupe W est considérablement plus répandu parmi les castes supérieures et les locuteurs des langues indo-européennes selon Metspalu et coll. (2004).

W5 est présent surtout dans les pays germaniques, avec une présence plus faible en Pologne, dans les pays baltes et en Finlande. Son répartition géographique correspond à l'expansion de la culture de la céramique cordée (branche R1a-Z283), et on a de fait trouvé un échantillon de cette époque en Allemagne.

Les sous-clades W1a et W1b sont présentes en Finlande, où elles auraient pu être introduites par l'expansion de la culture de la céramique cordée également. La fréquence élevée de W1 observée en Finlande aujourd'hui aurait résulté d'un effet de fondateur dans les colons de la culture de la céramique cordée.

On pense que les cheveux blonds pourraient provenir de la branche R1a des Indo-Européens et auraient été propagés par des femmes appartenant entre autres à l'haplogroupe W.

L'absence d'haplogroupe W parmi les Basques, les Sardes et Maghrébins correspond à l'absence de l'Y-haplogroupe R1a et d'ADN autosomique du nord-est de l'Europe dans ces populations.

Sous-clades

  • W1 : trouvé dans la plupart de l'Europe et de l'Asie centrale, en Iran, au Pakistan et au nord-ouest de l'Inde / trouvé en Anatolie et en Europe lors de la période néolithique
    • W1a : trouvé principalement en Finlande, mais aussi en Suède et en Angleterre
    • W1b (anciennement W2) : trouvé en Finlande
      • W1b1 : trouvé en Finlande
    • W1c : trouvé dans les îles britanniques, en Scandinavie, en Allemagne, en Pologne, en Grèce, en Turquie, en Géorgie, en Iran (Perses), en Ouzbékistan, au Tadjikistan, au Pakistan et en Inde.
      • W1c1
    • W1d : trouvé principalement en Iran et en Irak, mais aussi chez les Juifs d'Algérie
    • W1e : trouvé principalement dans le Nord et le Centre Europe et en Asie centrale, mais aussi en Espagne et au Portugal
    • W1f : trouvé en Europe centrale
    • W1g : trouvé principalement en Europe occidentale et centrale, mais aussi au Pakistan et en Inde (Punjab, Gujarat)
    • W1h : trouvé surtout dans les pays baltes et slaves de l'est, mais aussi au Danemark, en Italie, au Pakistan, en Inde (Punjab, Gujarat), en Arabie saoudite et parmi les Juifs ashkénazes
  • W3
    • W3A
      • W3a1 : trouvé surtout en Europe centrale et orientale et dans le sous-continent indien
        • W3a1a : trouvé en Europe centrale et du Nord
        • W3a1b : trouvé en Inde et au Pakistan
        • W3a1c : trouvé en Grande-Bretagne
      • W3a2 : trouvé en France, en Slovaquie, en Ukraine et au Tadjikistan
    • W3b : trouvé en Grande-Bretagne, en Europe centrale et de l'Est, en Turquie et en Inde
      • W3b1
  • W4 : trouvé des îles britanniques à la Russie, ainsi qu'en Turquie, en Asie centrale et dans le nord de l'Inde
    • W4a : trouvée dans les îles britanniques, en Pologne, en Finlande et en Iran (kurde)
  • W5 : trouvé principalement en Allemagne, dans le Benelux et les îles britanniques, mais aussi en Norvège et en Pologne
    • W5a
      • W5a1
        • W5a1a : trouvé principalement en Allemagne, au Benelux et dans les îles britanniques
          • W5a1a1
      • W5a2 : trouvé en Allemagne
    • W5b : trouvé en Irlande du Nord
  • W6 : trouvé dans la plupart de l'Europe, au Proche-Orient, dans le Caucase, en Iran, au Pakistan (Sindhi, plateaux), en Asie centrale et en Inde
    • W6a : trouvé en Russie, Lituanie, Pologne et Slovaquie
    • W6b : trouvé en Grande-Bretagne, Allemagne, Turquie, Israël et Iran
    • W6c : trouvé en Turquie et en Iran
  • W7 : trouvée en Arménie, Italie et Allemagne

Conditions médicales associées à l'haplogroupe W

La mutation A10398G, trouvée chez tous les membres des haplogroupes W1e1a et W3a1d, a été associée à une longévité accrue (Dato et coll. (2005), Shlush et coll. (2008) et Nijiati et coll. (2013)) et à une protection contre la maladie de Parkinson (Ghezzi et coll. (2005) et Clark et coll. (2011)).

La mutation courante C150T a été trouvée à fréquence considérablement plus élevée chez les Chinois et Italiens centenaires et pourrait être avantageuse pour la longévité et la résistance au stress selon Chen et coll. (2012). C150T définit l'haplogroupe W5a2, mais peut aussi se trouver occasionnellement dans d'autres sous-clades.

Hendrickson et coll. (2008) ont étudié le rôle joué par la fonction mitochondriale dans la progression du sida chez les personnes infectés par le VIH-1. Ils ont constaté que la progression du sida était plus lente chez les membres de l'haplogroupe W.

Suivi

Posez vos questions et discuter des haplogroupes sur le Forum



Copyright © 2004-2017 Eupedia.com All Rights Reserved.