A Paleolithic child in Poland

MOESAN

Elite member
Messages
5,823
Reaction score
1,251
Points
113
Location
Brittany
Ethnic group
more celtic
Y-DNA haplogroup
R1b - L21/S145*
mtDNA haplogroup
H3c
Sorry, it's in French? but the Scientists vocabulary in English and French are so close one to another...

Par Bernard Sécher, lundi 20 novembre 2023.


Les restes humains du Paléolithique Supérieur en Eurasie sont rares, cependant cette période est caractérisée par l'accroissement de la visibilité des sépultures humaines dans les enregistrements archéologiques, notamment ceux de la période gravettienne entre 34.000 et 24.000 ans, ou même antérieurs entre 39.000 et 34.000 ans. L'est de l'Europe Centrale est riche en vestiges Paléolithiques avec plusieurs sites contenant des restes humains comme celui de la grotte Mladeč en république Tchèque, de la grotte Oblazowa en Pologne, des sites de Peștera Muierii et Peștera Cioclovina en Roumanie ou encore de la grotte Goyet en Belgique, tous datés entre 37.000 et 33.000 ans et associés provisoirement à la culture Aurignacienne. Le complexe Kostenki-Borshchevo en Russie s'étend sur des périodes différentes du Paléolithique Supérieur et a produit également de nombreux restes humains comme sur le site de Kostenki également associé à l'Aurignacien entre 39.000 et 37.000 ans. Les restes humains de Buran Kaya III en Crimée sont associés au Gravettien malgré leur datation précoce entre 36.800 et 35.700 ans. En Europe Centrale le Gravettien s'étend entre 34.000 et 24.000 ans.

La grotte Borsuka (symbole 8 dans la carte ci-dessous) localisée sur la rivière Szklarka dans le sud de la Pologne ajoutent des données importantes à cette discussion. Les fouilles de l'entrée de la grotte ont été effectuées entre 2008 et 2010, et ont mis au jour six dents de lait appartenant à un enfant de 12 à 18 mois, associées à 112 dents percées de bisons et d'élans présentant des traces d'ocre:

2023_Fewlass_Figure1.png, nov. 2023


Tous ces restes sont contenus dans la couche VI située en dessous la couche V correspondant au dernier maximum glaciaire. La couche VI contient également des restes animaux appartenant à des animaux de la steppe ou toundra comme le renne, le renard polaire, le cheval sauvage, le rhinocéros laineux, l'élan, l'auroch, la martre des pins, le lynx, le castor et le blaireau. Deux dents percées d'herbivore ont été directement datées entre 32.890 et 30.760 ans et entre 29.900 et 29.120 ans, suggérant un Paléolithique Supérieur moyen pour la couche VI. Les archéologues supposent que ces restes correspondent à une sépulture d'enfant du Paléolithique Supérieur, contemporaine des sites Gravettiens de Dolní Věstonice-Pavlov, et Předmostí situés en République Tchèque et Krems-Wachtberg en Autriche. Cependant la typologie du pendentif en dents animales est similaire à celle du site de Mladeč correspondant à la fin de l'Aurignacien.

Helen Fewlass et ses collègues viennent de publier un papier intitulé: Chronological and genetic analysis of an Upper Palaeolithic female infant burial from Borsuka Cave, Poland. Ils ont mené une étude pluri-disciplinaires sur les restes de la grotte Borsuka afin de déterminer si les six dents humaines correspondent au même individu, la relation chronologique entre les dents humaines et le pendentif en dents d'animaux et la culture d'appartenance de ces restes. Les auteurs ont ainsi obtenu des datations radiocarbone et mener une étude génétique des dents humaines.

Les datations radiocarbone obtenues pour deux dents humaines sont comprises respectivement entre 29.860 et 29.090 ans et 29.860 et 29.090 ans. Celles des dents percées sont comprises entre 35.290 et 33.260 ans.

Ces deux mêmes dents humaines ont fait l'objet d'une analyse génétique. Les deux dents appartiennent au même haplotype ce qui suggère qu'elles appartiennent au même individu et au même haplogroupe mitochondrial U6. Cet haplogroupe commun aujourd’hui en Afrique du nord a cependant déjà été observé en Europe au Paléolithique chez l'individu daté de 34.000 ans du site de Peștera Muierii en Roumanie:
 
Par Bernard Sécher, lundi 20 novembre 2023. ADN ancien


Les restes humains du Paléolithique Supérieur en Eurasie sont rares, cependant cette période est caractérisée par l'accroissement de la visibilité des sépultures humaines dans les enregistrements archéologiques, notamment ceux de la période gravettienne entre 34.000 et 24.000 ans, ou même antérieurs entre 39.000 et 34.000 ans. L'est de l'Europe Centrale est riche en vestiges Paléolithiques avec plusieurs sites contenant des restes humains comme celui de la grotte Mladeč en république Tchèque, de la grotte Oblazowa en Pologne, des sites de Peștera Muierii et Peștera Cioclovina en Roumanie ou encore de la grotte Goyet en Belgique, tous datés entre 37.000 et 33.000 ans et associés provisoirement à la culture Aurignacienne. Le complexe Kostenki-Borshchevo en Russie s'étend sur des périodes différentes du Paléolithique Supérieur et a produit également de nombreux restes humains comme sur le site de Kostenki également associé à l'Aurignacien entre 39.000 et 37.000 ans. Les restes humains de Buran Kaya III en Crimée sont associés au Gravettien malgré leur datation précoce entre 36.800 et 35.700 ans. En Europe Centrale le Gravettien s'étend entre 34.000 et 24.000 ans.

La grotte Borsuka (symbole 8 dans la carte ci-dessous) localisée sur la rivière Szklarka dans le sud de la Pologne ajoutent des données importantes à cette discussion. Les fouilles de l'entrée de la grotte ont été effectuées entre 2008 et 2010, et ont mis au jour six dents de lait appartenant à un enfant de 12 à 18 mois, associées à 112 dents percées de bisons et d'élans présentant des traces d'ocre:

2023_Fewlass_Figure1.png, nov. 2023


Tous ces restes sont contenus dans la couche VI située en dessous la couche V correspondant au dernier maximum glaciaire. La couche VI contient également des restes animaux appartenant à des animaux de la steppe ou toundra comme le renne, le renard polaire, le cheval sauvage, le rhinocéros laineux, l'élan, l'auroch, la martre des pins, le lynx, le castor et le blaireau. Deux dents percées d'herbivore ont été directement datées entre 32.890 et 30.760 ans et entre 29.900 et 29.120 ans, suggérant un Paléolithique Supérieur moyen pour la couche VI. Les archéologues supposent que ces restes correspondent à une sépulture d'enfant du Paléolithique Supérieur, contemporaine des sites Gravettiens de Dolní Věstonice-Pavlov, et Předmostí situés en République Tchèque et Krems-Wachtberg en Autriche. Cependant la typologie du pendentif en dents animales est similaire à celle du site de Mladeč correspondant à la fin de l'Aurignacien.

Helen Fewlass et ses collègues viennent de publier un papier intitulé: Chronological and genetic analysis of an Upper Palaeolithic female infant burial from Borsuka Cave, Poland. Ils ont mené une étude pluri-disciplinaires sur les restes de la grotte Borsuka afin de déterminer si les six dents humaines correspondent au même individu, la relation chronologique entre les dents humaines et le pendentif en dents d'animaux et la culture d'appartenance de ces restes. Les auteurs ont ainsi obtenu des datations radiocarbone et mener une étude génétique des dents humaines.

Les datations radiocarbone obtenues pour deux dents humaines sont comprises respectivement entre 29.860 et 29.090 ans et 29.860 et 29.090 ans. Celles des dents percées sont comprises entre 35.290 et 33.260 ans.

Ces deux mêmes dents humaines ont fait l'objet d'une analyse génétique. Les deux dents appartiennent au même haplotype ce qui suggère qu'elles appartiennent au même individu et au même haplogroupe mitochondrial U6. Cet haplogroupe commun aujourd’hui en Afrique du nord a cependant déjà été observé en Europe au Paléolithique chez l'individu daté de 34.000 ans du site de Peștera Muierii en Roumanie:
 
Par Bernard Sécher, lundi 20 novembre 2023. ADN ancien


Les restes humains du Paléolithique Supérieur en Eurasie sont rares, cependant cette période est caractérisée par l'accroissement de la visibilité des sépultures humaines dans les enregistrements archéologiques, notamment ceux de la période gravettienne entre 34.000 et 24.000 ans, ou même antérieurs entre 39.000 et 34.000 ans. L'est de l'Europe Centrale est riche en vestiges Paléolithiques avec plusieurs sites contenant des restes humains comme celui de la grotte Mladeč en république Tchèque, de la grotte Oblazowa en Pologne, des sites de Peștera Muierii et Peștera Cioclovina en Roumanie ou encore de la grotte Goyet en Belgique, tous datés entre 37.000 et 33.000 ans et associés provisoirement à la culture Aurignacienne. Le complexe Kostenki-Borshchevo en Russie s'étend sur des périodes différentes du Paléolithique Supérieur et a produit également de nombreux restes humains comme sur le site de Kostenki également associé à l'Aurignacien entre 39.000 et 37.000 ans. Les restes humains de Buran Kaya III en Crimée sont associés au Gravettien malgré leur datation précoce entre 36.800 et 35.700 ans. En Europe Centrale le Gravettien s'étend entre 34.000 et 24.000 ans.

La grotte Borsuka (symbole 8 dans la carte ci-dessous) localisée sur la rivière Szklarka dans le sud de la Pologne ajoutent des données importantes à cette discussion. Les fouilles de l'entrée de la grotte ont été effectuées entre 2008 et 2010, et ont mis au jour six dents de lait appartenant à un enfant de 12 à 18 mois, associées à 112 dents percées de bisons et d'élans présentant des traces d'ocre:

2023_Fewlass_Figure1.png, nov. 2023


Tous ces restes sont contenus dans la couche VI située en dessous la couche V correspondant au dernier maximum glaciaire. La couche VI contient également des restes animaux appartenant à des animaux de la steppe ou toundra comme le renne, le renard polaire, le cheval sauvage, le rhinocéros laineux, l'élan, l'auroch, la martre des pins, le lynx, le castor et le blaireau. Deux dents percées d'herbivore ont été directement datées entre 32.890 et 30.760 ans et entre 29.900 et 29.120 ans, suggérant un Paléolithique Supérieur moyen pour la couche VI. Les archéologues supposent que ces restes correspondent à une sépulture d'enfant du Paléolithique Supérieur, contemporaine des sites Gravettiens de Dolní Věstonice-Pavlov, et Předmostí situés en République Tchèque et Krems-Wachtberg en Autriche. Cependant la typologie du pendentif en dents animales est similaire à celle du site de Mladeč correspondant à la fin de l'Aurignacien.

Helen Fewlass et ses collègues viennent de publier un papier intitulé: Chronological and genetic analysis of an Upper Palaeolithic female infant burial from Borsuka Cave, Poland. Ils ont mené une étude pluri-disciplinaires sur les restes de la grotte Borsuka afin de déterminer si les six dents humaines correspondent au même individu, la relation chronologique entre les dents humaines et le pendentif en dents d'animaux et la culture d'appartenance de ces restes. Les auteurs ont ainsi obtenu des datations radiocarbone et mener une étude génétique des dents humaines.

Les datations radiocarbone obtenues pour deux dents humaines sont comprises respectivement entre 29.860 et 29.090 ans et 29.860 et 29.090 ans. Celles des dents percées sont comprises entre 35.290 et 33.260 ans.

Ces deux mêmes dents humaines ont fait l'objet d'une analyse génétique. Les deux dents appartiennent au même haplotype ce qui suggère qu'elles appartiennent au même individu et au même haplogroupe mitochondrial U6. Cet haplogroupe commun aujourd’hui en Afrique du nord a cependant déjà été observé en Europe au Paléolithique chez l'individu daté de 34.000 ans du site de Peștera Muierii en Roumanie:
 
2023_Fewlass_Figure6c.png, nov. 2023


L'analyse des autosomes montrent de plus que cet individu est une fillette. Les auteurs ont ensuite effectué une Analyse en Composantes Principales afin de comparer le génome de la fillette de la grotte Borsuka avec d'autres anciens génomes d'Eurasie. Dans la figure ci-dessous il est représenté par un triangle rouge et se regroupe avec les autres anciens génomes du Paléolithique Supérieur d'Eurasie de l'ouest:

2023_Fewlass_Figure6b.png, nov. 2023


Ces résultats sont confirmés par l'analyse avec la statistique f3 qui montre que l'individu de la grotte Borsuka partage le plus d'allèles avec l'individu de la grotte Bacho Kiro daté de 35.000 ans, suivi par l’individu de Peștera Muierii daté de 34.000 ans, l'individu Věstonice 16 daté de 31.000 ans et les individus de Sunghir en Russie datés de 34.000 ans. La statistique D indique également que l’individu de la grotte Borsuka a le plus d'affinité génétique avec les anciens individus Gravettiens et Aurignaciens.
 
female haplogroup U6 again
She also appears in Romania, Georgia and now Poland around this same period.

What I wonder is the male haplogroup.
It's so bad that we always get only the mtDNA for certain periods.

Is it I, IJ, IJK*, GHIJK*...? Or maybe even mixed with C haplogroup (something common in Paleolithic Eurasia).
 

This thread has been viewed 582 times.

Back
Top